Archive pour le ‘iLiad’ catégorie

Lancement de l’iRex Digital Reader 1000

24 septembre 2008

Digital Reader 1000 Après les tablettes iLiad et iLiad Book Edition, iRex Technologies annonce les Digital Reader 1000 series.

Cette nouvelle tablette est basée sur un écran de 10,2 pouces de diagonale (25,9 cm) contre 8,1 pouces pour ses prédécesseurs. Avec ses 1,2 cm d’épaisseur et ses 570 grammes, le Digital Reader reste plus massif que ses concurrents mais s’adresse à une cible professionnelle avec son grand écran. Celui-ci dispose de 16 niveaux de gris. Côté mémoire, l’appareil stocke les informations sur une carte SD interchangeable de 1 Go, adieu donc (a priori) les clés USB.

Concernants les formats lus, l’appareil semble accepter les mêmes que l’iLiad. Dommage que le format ePub n’y soit pas, on espére qu’iRex travaille sur cette question.

L’appareil existe sous 3 formes :

- DR1000 : la tablette décrite ci-dessus avec connecteur USB, au prix de 499 € TTC
- DR1000 S : équipée d’un stylet Wacom et permettant l’annotation de documents, au prix de 599 € TTC
- DR1000 SW (à venir) : inclus le stylet et une connectivité Wifi et bluetooth, au prix non connu à ce jour.

 

Le Digital Reader est déjà disponible en France chez 4Dconcept.

iLiad Book Edition

15 mai 2008

iLiad Book EditioniRex lance une nouvelle tablette, l’iLiad Book Edition. Dépourvue du Wifi et habillée d’une nouvelle robe argentée, cette version est proposée au prix de 499 € TTC. L’iLiad V2 quant à lui voit son prix baisser de 50 € pour finir à 599 € TTC.

Une version qui reste chère mais plus accessible lorsqu’on sait que cette tablette est plus grande que celles de la concurrence et bénéficie notamment d’un stylet permettant d’annoter les documents.

La tablette est déjà disponible sur le site de 4Dconcept.

Orange expérimente Read&Go, le premier kiosque à journaux mobile connecté en 3G

18 avril 2008

Read&GoOrange a donc annoncé hier le lancement d’un test de 2 mois pour un lecteur e-paper se connectant en 3G et en Wifi. Celui-ci permettra de lire chaque matin les journaux français « Le Monde », « Le Parisien », « Les Echos », « L’Equipe » ainsi que « Télérama ». Il seront rafraichis toutes les heures en fonction de l’actualité.

En fait, techniquement, il s’agit d’une tablette iLiad V2, dont la partie logicielle a été modifiée par 4Dconcept, et d’une clé USB 3G venant se greffer sur la tablette. Read&Go est accompagné d’une capacité de stockage de 1Go, soit plus de 200 journaux. Ont été ajoutés une trentaine de livres (littérature, BD, jeunesse, pratique…) mis à disposition par Feedbooks, Médiatoon (Dargaud, Dupuis, Lombard et Kana) et les éditions Mango.

L’expérimentation sera proposée à 150 testeurs avec un accès gratuit et illimité pendant 2 mois. Cela permettra d’avoir un retour sur la lisibilité, la navigation, la fluidité…

On voit là un appareil assez proche du Kindle d’Amazon dans l’esprit, mais à la française.

Cette étape est donc très importante pour le marché français et est un signe très intéressant pour le développement du e-paper dans notre pays. Le choix de l’iLiad pour le test est intéressant : éran plus grand que la majorité des lecteurs grand public, annotations possibles grâce au stylet, plus de niveaux de gris, et wifi intégré. En contrepartie il est assi plus lourd que d’autres.

Cela dit, avant un lancement de masse, il faudra attendre un peu. En effet, mis à part le choix des éditeurs, et donc du contenu, de leur protection, la tablette iLiad seule (sans clé 3G) est déjà à un prix non négligeable qui la réserve à des professionnels ou des particuliers fortunés. Il faudra que son prix soit bien inférieur pour garantir un tel succès. Un lecteur e-paper ne peut se vendre au prix d’un PC portable ! Par ailleurs, Amazon avec son Kindle et son partenariat avec Verizon permet d’accéder gratuitement au réseau proche de la 3G, en serait-il de même à l’avenir avec Orange ou tout autre prestataire de téléphonie mobile ?

A suivre avec on l’espère, un test prochainement.

Test de l’iLiad V2 – 2ème partie : le stylet

28 janvier 2008

Pour cette deuxième partie du test de la tablette iLiad, j’ai voulu mettre l’accent sur la partie écriture, possibilité donnée grâce au stylet et à la tablette Wacom intégrée. En effet, quand on parle de papier électronique, il est plus courant de voir un appareil permettant de lire des documents, même en pleine lumière. En fait, ce terme prend tout son sens avec la tablette iLiad. Il est donc possible de créer des notes, des croquis, ou d’annoter des documents. Stylet iLiad V2Attention par contre, la tablette ne propose l’écriture que sur les documents de type « image » ou assimilé. On retouve notamment le PDF et le PNG. Il est donc très simple d’annoter un document au format PDF. Ici, j’ai entouré le titre sur cet exemple du journal « 20 Minutes ». On peut choisir l’épaisseur du trait ainsi que 4 « couleurs » (blanc, gris clair, gris moyen, noir). En cas d’erreur, la gomme permet d’effacer son tracé. Le document original n’est pas modifié. Un fichier scribble.irx permettra de fusionner le PDF original, avec ses annotations, en utilisant le logiciel fourni par iRex. Côté notes, j’ai utilisé l’image vierge comme modèle. On peut choisir une partition de musique ou tout autre image que vous aurez créé au préalable sur votre ordinateur. Ensuite, la tablette enregistre automatiquement votre tracé et crée un fichier PNG du résultat fusionné (modèle + votre saisie). Un fichier IRX est également présent et permet avec l’utilitaire MyScript Notes (malheureusement payant) de convertir vos notes sous forme de texte exploitable dans Word ou un autre traitement de texte. Personnellement, je regrette que cette dernière application ne permette pas l’export des graphiques et dessins, notamment dans un format vectoriel. Les PNG manquent un peu de lissage alors que MyScript Notes semble lisser (du moins à l’écran). Je suppose qu’il devrait être possible de créer une application permettant de convertir une saisie dans un format de type Adobe Illustrator. En lus du lissage, cela permettrait des agrandissements sans perte de qualité. Bref à suivre. Pour vous donner un aperçu, voici quelques dessins créés par l’artiste Etyën+A : Dessin sur iLiad V2 par Etyën+A Dessin sur iLiad V2 par Etyën+A Dessin sur iLiad V2 par Etyën+A Dessin sur iLiad V2 par Etyën+A Si le prix peut être un frein à l’achat d’une tablette iLiad, elle n’en reste pas moins la plus intéressante pour sa taille d’écran, sa connectivité (Wifi, réseau filaire, USB, compact flash et SD card) ainsi que la présence du stylet qui permet d’annoter ou de saisir des notes. En vente en France exclusivement auprès de 4D concept, son prix est de 649€ TTC.

Petite visite chez 4Dconcept

22 janvier 2008

4Dconcept Je me suis rendu il y a quelques temps dans les locaux de 4Dconcept afin de pouvoir tester la tablette iLiad (iRex) et d’en apprendre un peu plus sur les activités de cette société.

4Dconcept est une société qui travaille sur des solutions pour la gestion documentaire ou éditoriale. Bien entendu, le e-paper fait désormais partie des medias à prendre en compte et 4Dconcept l’a bien compris.

Ils proposent donc des solutions autour du e-paper mais pas seulement. Côté matériel, ils ont fait le choix de la tablette iLiad qui dispose du stylet faisant office de « bloc-note » numérique et intègre aussi la connectique Wifi (et réseau filaire) pour l’échange de données. La tablette devient donc interactive avec l’ingénierie de 4Dconcept.

Prenons un exemple : Vous dirigez une société faisant de la maintenance informatique. Vos techniciens sont amenés à se déplacer sur le lieu où l’équipement a un problème. Il est censé accomplir sa tâche puis remplir un compte rendu.
Sans la tablette, cela nécessite souvent plusieurs étapes :
- Saisie immédiate sur papier
- Resaisie ensuite sur informatique
- Eventuellement traitement, archivage manuel…

Avec la tablette iLiad, le technicien écris directement son compte-rendu sur celle-ci, à l’aide du bouton de transfert des données, sa saisie est transférée sous forme d’image par Wifi (ou par la prise RJ45) au serveur de la société. Celui-ci, intégrant le logiciel développé par 4Dconcept, va traiter l’image avec un système OCR afin de transformer l’image sous forme textuelle. Le serveur pourra ensuite formater cette information au format XML ce qui permettra d’exploiter l’information sous tous types de médias ou plateformes. Par ailleurs, le serveur renverra au destinataires d’une liste de diffusion, le compte-rendu sous forme d’image (sorte de cachet électronique) ainsi que sa version numérique (caractères non manuscrits).

Ceci n’est qu’un exemple, on peut imaginer un institut de sondage qui dans la rue, au lieu d’utiliser des formulaires papier, utilise une tablette comme celle-ci afin de traiter les résultats sans resaisie informatique.

Ce type de services associés aux tablettes permettant la lecture et l’écriture, même en plein soleil, est donc amené à se développer au fur et à mesure que la technologie évoluera : format A4, écran couleur.

En attendant, des sociétés comme celle-ci font en sorte de doper les capacités de la machine.

Test de l’iLiad V2 – 1ère partie

7 décembre 2007

iLiad V2Voici aujourd’hui la première partie d’un test sur l’iLiad V2, le tout visible en vidéo.

L’iLiad est donc un lecteur epaper au format 8,1 pouces (soit plus grand que les Sony PRS-500, PRS-505 et Cybook Gen3 au format 6 pouces). Cette différence de taille permet de lire plus correctement les PDF non taillés pour ce format. Il commence à être intéressant de lire des livres scannés comme on en trouve sur Gallica.

Très intéressant par rapport au Sony Reader, le zoom sur les documents pdf peut être très précis et n’est pas limité à la taille 100%.

Livre scanné en mode trait vu sur l’iLiad :
Livre scanné en mode trait vu sur l'iLiad

Livre scanné en mode trait vu sur le PRS-505 :
Livre scanné en mode trait vu sur le PRS-505

L’aspect mémoire de l’appreil est lui aussi très intéressant. On peut évidemment stocker des documents dans la mémoire interne de 128Mo mais aussi utiliser une carte MMC, compact flah, ou encore une clé USB. Par ailleurs, l’iLiad est est reconnu comme un disque dur, ce qui permet de l’utiliser sur toute plateforme (Windows, Mac, Linux…).

Les emplacements mémoire sur l'iLiad V2

L’avantage de la bête c’est aussi sa connectivité. Il comprend bien évidemment la connectique USB, la connectique réseau filaire et le wifi. Attention à ne pas trop abuser de ce dernier pour économiser la batterie.

Jack stéréo 3.5 et connection de l'adptateur

Basé sur un noyau Linux, l’appareil est évolutif et la mise à jour du firmware peut se faire directement en WiFi.

Côté contenu, il lit les formats PDF (y comprit avec mots de passe), HTML, TXT, JPG, BMP, PNG et Mobipocket. Sa dalle e-ink affiche 16 niveaux de gris ce qui double sa palette par rapport au modèles 6 pouces disponibles aujourd’hui.

Dilbert en PDF vu sur l'iLiad

En contre-partie, l’appareil est plus grand (et épais) et plus lourd puisqu’il pèse 390g contre 250g environ pour le Sony PRS-505 pour des dimensions de 217 mm x 155 mm x 16 mm. Sa résolution est de 768×1024 pixels, en 160 DPI.

iLiad V2 vs Sony PRS-505

Lors de mes tests, l’iLiad a été plus rapide pour tourner les pages que le PRS-505. Par contre, il faut compter 40 secondes à l’allumage alors que c’est quasi instantanné sur le Sony si celui-ci est en mode veille.

Le design de l’iLiad ne vaut pas celui du Sony PRS-505 qui fait un peu plus « brut » et un peu plus design « professionnel ».

Le point noir de l’iLiad c’est la gestion des marques pages. En effet, il n’y en a pas. Si vous quittez un livre et que vous y revenez, vous retomberez sur la dernière page lue, mais impossible de créer plusieurs marques pages pour un même livre. J’ai dû mal à y croire tellement cette fonctionnalité me paraît indispensable, peut-être ais-je loupé une étape…

Ah oui, j’oubliais, l’autre point noir, c’est son prix. Il faudra compter 649 € TTC, en vente chez 4Dconcept pour la France, ce qui le destine plus à une utilisation professionnelle.

Dans la suite de ce test, j’aborderais le stylet et la prise de note sur l’iLiad V2, une fonctionnalité très intéressante.

Découvrir le test en vidéo :